Reprenons donc depuis la dernière fois... la fenêtre météo sur le Sénégal s'est enfin ouverte le 29 janvier... Après une ultime soirée avec Zidane et Fermin, copieusement nourrie de langouste et de crabe offert par notre capverdien préféré, nous sommes prêts à affronter la course qui nous oppose à Kaneka ( Yann et Stan) pour toucher les premiers les côtes africaines...

Le vent souffle bien, on appréhende un peu de naviguer au près et de rencontrer à nouveau un vent d' est qui nous obligerait à tirer de multiples bords... sauf que cette fenêtre là, non seulement c'est la bonne, mais elle s'avère plus que confortable... La belle Verte fait un cap plus que satisfaisant, on file 2 ris dans la grand voile et le génois pas mal enroulé mais on file... La nausée disparait au bout de 24h, laissant place aux dauphins qui, la nuit, laissent derrière eux un sillage de comète sous l'effet du plancton phosphorescent... La température est fraiche à cette allure mais l'excitation d'arriver nous réchauffe... Kaneka n'est jamais très loin (voire plutôt devant...), toujours à portée de VHF pendant ces trois jours de nav, nous indiquant les cargos, grâce à leur AIS quand on approche des rails, nous chantant des berceuses, bref, rythmant régulièrement la vie à bord de leur clin d'œil radiophoniques...

Puis la terre apparait...les barques de pêche font place aux cargos, la fameuse ile de Gorée se dessine, nous entrons dans la baie de Hann... L'arrivée prend réellement des allures de régate aux cotés de Kaneka, on enchaine les virements de bords, ils nous dépassent!! Ça nous vaut de belles photos de la Belle Verte sous (peu de ) voiles, on arrive second mais contents (enfin premier en temps compensé mais on veut pas polémiquer!!), d'autant qu' au mouillage, un point rouge étoilé de jaune se dandine: c'est le bateau des Ratatons!!, soit Claire , Jérôme et Noémie, dont ceux qui ont suivi nos aventures à Las Palmas ne manqueront pas de se souvenir ... Sur la plage s'alignent de multiples barques multicolores ( en principe dédiées à la pêche, on sait malheureusement à quoi peuvent également servir ces instables embarcations...)

Et nous mettons pied à terre... Nous mouillons au CVD, le club de voile de Dakar, qui met à disposition des plaisanciers, un bar, un atelier, des fils à linge , une cuisine, une connection wifi, un terrain de pétanque et autres multi services... Les premières personnes rencontrées ne sont donc pas des sénégalais mais un nombre impressionnant de voileux français... Aie... nous craignons le ghetto blanc... Et puis nous prenons nos marques... S'il on en sort souvent, si l on ne laisse par sa curiosité se gâter par le confort de ce concentré "d'europénaitudes", si l on considère les mutiples petits services rendus par ce lieu, il s'apparenterait plutôt à la joyeuse colo... D'autant que cette fois, on y retrouve un sacré nombre d'équipages de trentenaires, musiciens à tendance festive, avec qui on se découvre pas mal d'affinités... La Belle Verte se découvre rapidement de nouvelles fonctions, et tout en continuant de mener ses actions pour la promotion des nos BD, bouquins et films, fait également office de boite de nuit (record battu de fréquentation de notre dance floor flottant avec 8 personnes se déhanchant simultanément) et de salle de concert (capacité d'accueil 11 personnes dont 4 musiciens...)... En fin de soirée, l'option hôtel est également disponible...

Mais tout ça, ça n 'est pas l'Afrique... et derrière le portail derrière lequel se retranchent tous ces toubab, il y a Dakar... Et vous décrire Dakar, c'est pas simple... Il y a quelque chose de Barbès en plus grand, de la poussière en plus, les rues de sable qui alternent avec les grandes artères goudronnées, un joyeux bordel de véhicules en tous genres, pas toujours agrées contrôle technique mais savamment colorés, une pollution sensible, des couleurs partout, les incontournables pub pour les bouillons cube maggie ou jumbo, les vendeurs d'arachides, de cartes téléphoniques, de tout ce qui peut se vendre en général et à l'unité en particulier, les photos et les noms des marabouts reconnus, les petits restos en bords de routes où l on mange du tiboudjien, du maffé du yassa pour moins d'un euro, de multiples marchés,aux tissus, aux poissons, aux fripes... Des odeurs d'encens, d'échappement, d'épices , de poissons, de marigot pas très réglo, de citronnelle aussi quand le soir tombe... Ca grouille et c'est vivant, bruyant, animé... surtout les jours de combat de lutte, le sport national... Ca nous a valu le report des concerts qu on voulait voir, mais l'ambiance finale valait le coup!!! Quoi que ce week end le pèlerinage à Touba rassemble des milliers de personnes et promet un Dakar désert...

Bref, il y aurait des multiples choses à vous dire, chaque balade incluant son lot de rencontres et d'anecdotes, mais ca risque d'être long... Et puis il y a toutes celles qu'on ne peut pas encore vous dire, parce qu' en 15 jours, on n'a pas eu le temps de tout décoder...alors on ouvre les yeux, les oreilles, on accumule les infos...mais pour un précis ethnographique, c'est trop tôt!!

Voila, vous avez eu un aperçu de nos aventures passées, de celles que l'on vit présentement... Vient maintenant le temps des questions sur l'avenir... wouh!!! on vient d'essuyer une semaine de cogitation intensive, visant à résoudre une fameuse équation incluant les facteurs envies, météo, administration, finances, et autres (on vous en dira plus plus tard, laissons le mystère s'insinuer dans vos esprits impatients), et qui peut se résumer en deux questions essentielles: traverse t on ce printemps vers le Brésil? Comment gagner plein d'argent pour faire durer notre vie flottante? Petit aperçu des échanges:

-si on traverse au printemps, on boira bientôt ce fameux jus d'orange!

-oui mais ça fait trop court pour découvrir le Sénégal!

-mais si on reste on se coltine la saison des pluies

-et puis on a peut être un plan convoyage à condition d'être de l 'autre coté

-oui mais si on traverse à l'automne, on arrive au Brésil en été, on aura profité plus longtemps de l'Afrique et on est en passe de gagner le concours du tour de l'Atlantique le plus long!

-la caisse de bord nous permet d'être peinard encore combien de temps?

-ben va pas falloir trainer à retourner au turbin

-tu sais qu'un autre plan convoyage se dessine depuis le Senegal vers la France...

_ah pas mal ca permettrait de profiter du printemps en Afrique puis Stef remonte avec le bateau à convoyer... -oui mais faut qu on ait les moyens d'etre tous les 2 en France 2 ou 3 mois cet été, pendant que la belle verte passe l l'hivernage (la saison des pluies) en Casamance

-l 'égalité homme/ femme face au travail étant défendue dans notre couple, je m y remets aussi, au turbin...

-et en septembre on retourne en Afrique pour préparer le bateau à la transat, et voir la Casamance toute aussi verte que le Bateau...

-ca se décante la non?

-rien de sur et toujours un peu de flou, mais quelque chose se dessine en effet...

Comme quoi, voyez, c 'est pas de tout repos pour les meninges, mais on avance... Et on s rend compte qu 'avec des données parfois un peu differentes, tous les copains d'ici sont un peu dans le même bateau (c est une image...)

Profitons donc de ce formidable espace de liberté, régulièrement consulté par de multiples employeurs, pour passer l 'annonce suivante: jeune fille bien sous tout rapport, CV disponible sur demande, propose ses services multifonctions de juin à septembre 2009: logistique du spectacle, babby sitter, assistante cuisinière, serveuse, tourneuse fraiseuse, PDG (non, je m emballe)... Si vous avez une tante, un cousin, un ami une soeur ou bien vous même, haut placés, qui souhaitent faire bénéficer, contre un peu de labeur, de leur dividende à un jeune couple dynamique désireux de poursuivre ses aventures, n'hésitez surtout pas à prendre contact avec nous...

Je sais, je sens, que pour vous un mythe s'écroule: la crise aurait elle eu raison de de ce beau projet, obligeant ces jeunes gens que l on croyait nourris d'amour et d'eau fraiche, à rejoindre la rude réalité des classes laborieuses afin de subvenir à leurs besoins??? Disons qu' un peu de réalisme dans ce monde de douceurs permettra sans doute de poursuivre plus longtemps ce mode de vie auquel on s'attache assez vite...

Et qu' en plus ca nous permet de prendre le temps de visiter la Casamance... Je dirais même plus, on va peut être pouvoir s'offrir le détour par le Siné Saloum, pour aller, grâce aux activités associatives de nos copains de Kaneka, dans une réserve naturelle en principe interdite à la navigation... A nous, la brousse, la mangrove, les pélicans et les baobabs...

Du coup on risque de ne pas être trop cyber joignable dans les jours à venir... En attendant, on vous laisse avec quelques images de notre escapade à Gorée, petite ile bien à part... Et des vidéos à découvrir ici et

Et pour les voyageurs en mal de destination, sachez que nous sommes donc au Sénégal jusque fin mai environ (on va durer comme on dit ici... ). A bon entendeur, bienvenue!