Je suis désormais cernée par le haut débit, bombardée d’onde wi fi, entourée d’ordinateurs puissants, qui à l’inverse de celui de notre bord (ayant récemment simulé une mort cérébrale), ne me donne plus aucune excuse pour reporter l’ecriture de nos aventures printanières (entre 35 et 40 degrés le printemps, tout de même).

C’est donc un peu schizophrène, sous le ciel bas et gris de Brest (depuis l'écriture de ces lignes, je dois avouer que ça s'est amélioré...), ayant déjà entraperçu les joies du retour (provisoire il est vrai) à la vie professionnelle , aux embouteillages et à la notion de week end, que je m en vais vous évoquer des histoires de fétiches et de féticheurs, de mangues et de brousse…. Tandis que Steph, quelque part entre le Cap Vert et les Açores, s’apprête à rentrer par voie maritime….

Je risque de faire un peu rapide, mais les images parlent d’elles même et suffiront de support aux moultes conversations des retrouvailles… Mi avril 2009: Notre premier passage à Nioumoune nous laisse un petit gout de « reviens-y »…. d’autant qu y est annoncee une grande cérémonie en l honneur d’Arsene, le boulanger du village issu d’une famille de forgerons guinnéens, grande lignée de féticheurs et qui s’apprete lui même à le devenir… 10 jours de fete, de repas dignes des banquets finaux d’Asterix (tout le quartier est invité, plus les familles venues de loin soit 200 personnes environ que toutes les femmes du villages ont la charge de nourrir quotidiennement), de veillées, de danses, de bounouk de chants, temps forts rythmés par l’appel du bombolong (la grande percussion chargée d’annoncer les evenements). Régulièrement, les habitants « tapent le fer » (les outils du forgeron), tournant autour de la concession en chantant… Durant toute cette periode Arsene restera dans une case, isolé de la fete, initié par les grand féticheurs de Guinée…Au terme de la cérémonie, il sera reconnu en tant que féticheur c est a dire apte a interprété les paroles et les volontés du fétiche…

Merci à Anouk, à l'origine de nombreuses photos qui suivent...

Le village ressort épuisé par ce rythme de fetes, d’autant que certaines se chevauchent : la nouvelle matrone, formée à Kafountine, est revenue au village accompagnée de plusieurs pirogues et c’est tout le quartier d’Elou qui organise trois jours de fete en son honneur…

Pourtant l’hivernage (la saison des pluies) approche et il est temps de terminer les maisons en banko… C'est l'occasion de partir, en brousse et en pirogue,avec Anouk, Justin, et boucoup de jeunes du village pour aller cher les troncs de rognier qui serviront a la charpente… slalom dans les bolongs, on rase les palétuviers on parvient à un petit campement de pecheur et de récolteurs tandis que se multiplient les allers et retours entre le lieu ou sont débités les troncs et la pirogue… Ma tentative de coup de main se voit vite anéantie par la chaleur et mon peu de résistance au poids…je m en vais aider Anouk préparer la cuisine au campement en me demandant comment ils font, ces Justin, Lans , Antoine et tous les autres, pour tenir ce rythme…

On est bien à Nioumoune, on commence à bien connaître les gens, à comprendre le rythme du village, à maîtriser en diola les indispensable salutations, à s’inviter les uns les autres…. On prend le temps, pour etre sûr de ne pas en perdre, comme dirait Nicolas Bouvier….

Puis on s’en retourne à Ziguinchor, non sans avoir profité de quelques boums du samedi soir au foyer des jeunes: coupé décalé a fond les ballons (si ça sature pas c’est pas bon ) , bounouk (encore!)… la fin de soirée corroborant avec celle de l’essence dans le groupe électrogène…

En mai, le rythme s’accelere un peu: la saison des mangues invite à leur transformation multiforme : séchées, en confiture, en crumble , en chutney, la Belle Verte prend des allures de manguier flottant… Stef a déjà la tete dans la préparation de Kaneka, le fameux petit bateau jaune de Yann et Stan, qu’il ramene en Bretagne avec Yann (l'autre, celui du bateau cinéma pour ceux qui suivent)…

On retourne donc à Heidj, où se trouve ledit bateau pour 4 premiers jours de preparation ... Trop peu de temps pour vraiment profiter de nos copains de la bas: Cikindo, Medard, léon, qui nous avaient accueilli à notre arrivée en Casamance... Mais assez pour se dire qu'il faudra revenir...

Car un evenement de taille nous attend: nous sommes chargés d'organiser l'accueil de l 'arrivée de la premiere regate Dakar Ziguinchor... phrase pompeuse pour expliquer notre implication dans un imbroglio politico-clienteliste visant à nous obtenir une prolongation de sejour pour la Belle Verte... je vous la fait court , mais vous detaille un peu le truc car je sens deja poindre votre incomprehension...

Au Sénégal, la duree maximum de sejour d'un bateau est de 6 mois ( considéree comme importation temporaire de vehicule). Ce qui est court, vous en conviendrez , au rythme ou nous allons... Lors des dernière elections, c'est Balde, bras droit du president Wade et président de la federation senegalaise de voile, qui a été élu maire de Ziguinchor. Certains plaisanciers présents depuis longtemps au Sénégal ( mais rarement sénégalais) l'ont interpellé pour tenter de trouver une solution pour augmenter ce fameux delais . Tandis qu en principe lois et decrets sont à l 'etude, il a été decidé l organisation d'une régate Dakar Ziguinchor, en contrepartie de quoi les participants seraient membres de la fédé senegalaise de voile, et officieusement autorisés à pouvoir rester jusqu en decembre 2009. Dans l impossibilité de faire la regate pour cause de preparation de Kaneka, nous proposons, de concert avec Yann , Pauline, Soizig et Gégé, d'organiser l arrivée... Au programme: DJ' Steph, projection de photos sur l'écran de Yann et Pauline, bateau comité assuré par Gégé et Soizic sur H2O... Pauline s'arrache les cheveux avec les interlocuteurs en mairie de Ziguinchor, qui ne cessent de renvoyer la balle de l'organisation à Dakar, Yann et Steph montent quand meme écran et système son, tandis que je m' en vais 3 jours en croisère (royale...) prendre des images sur H2O...

Il en resulte moultes rebondissments, des lots en argent indécent distribués à des plaisanciers loin d'être dans le besoin, une gêne morale evidente ...et absolument rien d'officiel concernant notre prolongation de sejour... mais nous sommes désormais membres de la Fédération Sénégalaise de voile!!! Pour le côté positif, cette petite croisière sur H2O fut plus plus qu'agréable (Merci Gégé, merci Soizic!), les images des bateau remontant le fleuve Casamance valaient le détour, et Stef a malgré tout réussi a faire danser pas mal de Sénégalais(es) sur Erik Marchand, ce qui en terme de rencontre interculturelle, constituait une gageure!!

Depuis, la réalité est toute autre... Contente d'être en escale ici mais confortée dans l'idée du prochain départ... terriblement impatiente quant au retour de mon homme, de cette imaptience qui vous fait regretter la vie à 2 dans 9 mètres pas carrés... C'est dire...