Soit que l'inspiration s'évapore au soleil, soit que les aléas techniques nuisent à sa rédaction, mais le temps imparti fut cette fois forcement plus long: l'ordi portable acheté l'année dernière vient de renier sa carte mere, et nos vieux panneaux solaires peinent a alimenter l'ordi de bord devenu gourmand en énergie, avec l'age...

En résumé, il fallut être inspirée aux heures les plus ensoleillées de la journée, qui corroborent souvent avec celles dédiées à la sieste et a la baignade... Ou attendre l'ouverture du cyber cafe, croiser les doigts pour obtenir toujours le même poste ( celui sur lequel on a déjà téléchargé les logiciels nécessaires), corriger tous les accents manuellement car les claviers qwerty en sont dépourvus et que la correction orthographique automatique en français n est pas compatible avec word en portugais...

Avouez que ca n'aide pas...

Donc donc donc, que s'est-il donc bien passé depuis notre retour au Brésil et à des températures positives? Et bien La Belle Verte, confiée aux bons soins de Zé, a vaillamment fait face a l'hivernage. Elle en a même profité pour tenter de développer sur sa coque un élevage représentatif de l'ensemble du biotope aquatique régional. Ce microcosme n' a cependant pas résisté aux raclettes rageuses de l'équipage, soutenu qui plus est par d'autres membres du Gang dit "de La Colo", internationalement craint pour ses redoutables "opérations carénage".

Que ces renforts soient ici remerciés. Et que ces lignes décernent, virtuellement certes mais réellement sincèrement, La Palme d'Or toutes années confondues du Coup de Main Royal, et pour l'ensemble de leur œuvre, à Gege et Soizic, qu'on ne présente plus (sauf si vous voulez vous balader sur leur super bateau, alors cliquez la[)...

bresildec2010.jpg

Revigorés, donc, par une escale française bénéfique, un retour sans mauvaises surprises et la venue imminente d'Édouard et Perrine, nous avons d'entrée de jeu court-circuite tout risque de tropicalisme amollissant pour rapprêter efficacement la belle Verte aux joies de la navigation… Non sans prendre le temps, tout de même, de reapprécier plaisirs et rencontres d'ici…

Édouard et Perrine arrivaient donc, et si Salvador et ses ruelles n'eurent bien vite plus de secrets pour ces spécialistes de l'Urbain, il fallait leur transmettre les joies de la vie à bord…

Objectif n°1: acquérir le "permis navette", soit dompter la conduite de l’annexe (qui tient désormais gonflée 24h, un record, soit dit en passant). Mission réussie pour Édouard, après à peine 3 leçons de conduite accompagnée et une apnée record pour sauver bout et hélice!...

Objectif n°2: chasser la palourde (le coquillage...). A effecteur sur un large banc de sable blanc, a marée montante, en remuant celui-ci jusqu'à a sentir la coque désirée sous ses doigts. Plutôt un prétexte a la balade, au triathlon et à la discussion que véritable source d'oméga 3 pour l'équipage!

Objectif n°3: Découverte de la gastronomie locale

En ce domaine, Édouard et Perrine sont imbattables, quitte à faire 6 repas par jour pour pouvoir tout goûter. L'infaillible technique consiste à zyeuter le plat du voisin et à commander la même chose si c'est engageant. Beaucoup plus risqué, la commande “au pif”, induite par une incompréhension du menu, et pouvant conduire à se faire refourguer, par deux fois, des tripes baignant dans l'huile de palme… Beaucoup moins appétissant que la Carne do Sol, le Peixe frito ou le manioc frit…

carnedosol.jpg

Cette découverte s'accompagne immanquablement du choix de La terrasse, visant à privilégier point de vue et environnement agréable: vue sur la baie de Bahia, ruelle animée, hamac, tables les pieds dans l'eau, petite cour cachée etc...

De ces décors dont les photos suffisent a vous constituer une collection de fonds d'écran propre à faire pâlir le plus compréhensif de vos collegues de bureau ( ou coloc, amis, parents...).

terrasses.jpg plagemorro.jpg ponton.jpg IMG_1805.JPG IMG_1807.JPGIMG_1791.JPG

Objectif n°4: Faire face à l' imprévu...

(Euh nous on n'est pas très bon pour donner des leçons la dessus...) Cas typique de la vie à bord, l' incident qui remet tout en cause, et dans ce cas précis, une ancre qui s'échappe avec 10m de chaînes dans les profondeurs insondables du port de Salvador. Oups. On cherche, on fouille. En vain. Dans les alternatives connues jusque la, il y avait souvent l'annulation ou le report du programme. Un peu dommage pour profiter de nos copains. Alors il fut décidé cette fois de changer l'ordre des priorités et de s'en aller profiter tous ensemble, de lever l'ancre (l'autre, ouf), quoi qu'il en soit. Allégés d une ancre certes, mais soulages d'autres poids. Merci les copains…

Objectif n°5: découverte de la Navigation.

Dans la baie de Bahia d'abord, entre Itaparica et Salvador, puis dans l'immensité océanique pour descendre jusqu'au Morro de Sao Paulo, nos deux invites furent confrontes à des situations extrêmes, des conditions météo effroyables, la colère des éléments. Ils ont tout donne d'eux mêmes. Les photos en témoignent...

edperrenmer.jpg

Objectif n°6: Se détendre à bord

Apres avoir ete confrontes à ces moments difficiles, il est bon de savoir se détendre.

Le Scrabble, comme chacun sait, constitue l'incarnation de la détente de l'âme, plus encore s'il est accompagne de thé à la figue et de sables gingembre maracuja.

scrabble.jpg

Pour la détente du corps, outre les indispensables baignades en eau claire, un bain d'argile rose directement à la source saura apaiser les tensions…

argile.jpg

Objectif n°7: Se faire décerner le “Label Verte’.

Atteint sans effort par Edouardo et Caiperrinha pour leur patience, leur enthousiasme, leur gestion de la promiscuité, leurs oreilles attentives , leur humour, leur humeur et leurs nombreux cadeaux…

edetperrine.jpg

Ainsi, tandis que, ces objectifs atteints, Perrine et Edouard s' en allaient rejoindre vins de Bourgogne, fromages et frimas, nous restions passer Noel à Gamboa, charmant petit village quelque peu préservé du tourisme.

L'occasion d un échange culinaire francobrésilien avec Marcelo, Estrella et Nicolas, petite famille brésilienne qui voyage egalement sur son bateau Thalassa, et dont la rencontre nous a permis d'apprendre plein de choses sur cet incroyable pays…

Nous rejoignons d' ailleurs ensemble la Baie de Camamu, que nous attendions depuis bien longtemps...

Notre première escale , autour de l'ile de Goio, nous laisse perplexes. Les guides décrivent l'endroit comme préservé et hors du temps, et s'il n en reste pas moins magnifique, il est envahi par des hordes de bateaux a moteur,yachts flambants neufs, jet ski, ski nautiques vrombissant, musique à fond les watts, villas luxueuses, petits bars hors de prix… Un peu comme si le lac de Naussac (ou de Brenillis, selon les références...) se transformait en Ibiza en moins de cinq ans… Ce pays est dingue, sa transformation ultra rapide et les écarts sociaux proprement hallucinants...

goiobateuax.jpg

Qu'importe, on observe, on se balade: voyage a Camamu en lancha, les petrolantes embarcations locales, pour aller diagnostiquer à Steph “uma fractura muito particular", à savoir un os de petit doigt brise en diagonale par un rattrapage in extremis de pataras pour ne pas tomber dans l'eau! Allez hop 15 jours de plâtre a la main gauche (tres vite réduit à un simple bandage...).

surlalancha.jpg interieur_lancha.jpg

Escapade en bus à Taipu da Fuera avec Marcello et sa famille: paysage de carte postale ou le soleil est parfois cerne d'un halo arc- en-ciel…

avecthalassa.jpg goio.jpg soleiltaipu.jpg battaipu.jpg

Le 1er de l'an, pourtant joyeusement entame à bord de Thalassa avec un super quizz de musique brésilienne, est rapidement désenchanté par la disparition de l'annexe, que mes nœuds approximatifs n'avaient pas permis d'immobiliser… Les recherches nocturnes dans la mangrove sont vaines et ce n'est qu'à l'aube que Steph parvient à la localiser, bien loin de son point de départ, arrêtée dans sa course par un piège à poissons providentiel. Le miracle de l'annexe, saison 4 épisode 84…

Nous décidons ensuite de nous enfoncer dans la baie et arrivons , sous la pluie ( oui d'ailleurs, on ne vous le dit pas trop parce que c'est moins classe, mais il pleut beaucoup, pour un été...) dans un petit havre de paix nomme Marau.

Un petit village muito tranquillo, colore, avec son petit marche, son rythme et ses habitants paisibles, ses petits commerces pratiques. Et a une heure de bateau, la cachoiera de Tremembe, une bien belle cascade d'eau douce pour parfaire notre parcours balneo thérapeutique...

La fête en l'honneur du Saint local se prépare activement, et le volume sonore promet d'être ahurissant... Si le nombre de decibels produit par habitant etait un indice de développement quelconque, Le Bresil occuperait sans effort la première place! En attendant, on commence à maitriser dangereusement les tubes de l'été, aux cotes desquels la Lambada parait une œuvre géniale et inspirée... c'est dire...

bvmarau.jpg

marau.jpg

cachoiera.jpg

boutiquemarau.jpg

On se pose donc un peu ici, en réfléchissant aux prochaines escales de l'année a venir... Tiens d'ailleurs, on vous a dit qu'on vous la souhaitait bien bonne?

Pardon pour les accents, les photos manquantes ou mal redimensionnées, les oublis, les raccourcis etc, mais âpres 10 jours de tentatives de mise en ligne, j'avoue, je capitule...

Pour me faire pardonner, des photos en vrac pour vous dépayser... J'aurai aime vous faire partager les beaux cliches de Salvador ramenés par Edouard et Perrine, mais la pareil, techniquement, ce serait encore très long... La proxima vez?...

vw.jpg

valencia.jpg

loterie.jpg

hommesvalencia.jpg

fiestasalvador.jpg

lancha.jpg

enfantcerfvolant.jpg